Le Château de Wailly

En contrebas du village, après avoir emprunté une grande allée, on aborde les restes en brique et en pierre du château de style Louis XIII construit en hémicycle. son intégration dans la verdure en fait un lieu romantique, voire mélancolique.

Il comporte un étroit pavillon central encadré de larges ailes, ces dernières arrangées en façade de petits pavillons saillants, accolés sur les côtés. Au sud, un corps intermédiaire disposé en équerre le relie à un second corps de bâtiment, parallèle à lui, abritant dépendances et logements de service. C’est ce second bâtiment, directement adossé à la falaise crayeuse, qui constitue le château actuel.

Le salon voûté, tout en pierre, avec une magnifique rosace est flanqué sur le côté d’une tribune soutenue par deux colonnes.

Il existe très peu d’archives relatant l’histoire de la construction du Château de Wailly qui pourrait avoir débuté vers 1630 pour se poursuivre en 1690 avec l’édification des Communs, et se terminer vers 1785 avec les pavillons d’angle et l’Hémicycle.

Le Château – 1640
D’époque Louis XIII, en briques sur fond de pierre avec Chaînage en harpe, il n’en subsiste plus actuellement que l’aile Ouest.
Situé sur un terre-plein à mi-côte du versant Ouest de la Vallée de la Selle, le Château comprenait, à l’origine, un corps de logis faisant face à l’avenue d’arrivée et deux ailes : l’aile Ouest adossée à la falaise et l’aile Est qui surplombait la vallée avec des parterres de jardins et des pièces d’eau.

Le corps de logis et l’aile Est ont été démolis pendant la Révolution française. L’aile l’Ouest, fort peu entretenue, avait perdu la partie Sud de son toit au XIXème siècle et il poussait des arbres derrière la façade, à l’emplacement de l’actuelle salle à manger. La restauration a été terminée en 1925.

Entre 1940 et 1945, le Château, devenu une caserne, a abrité jusqu’à 150 soldats. L’importance des déprédations intérieures a été telle qu’elles n’ont pas pu encore être toutes effacées.

Les Communs – 1696
D’époque Louis XIV, ils comprennent deux ailes parallèles à l’avenue, composées chacune de 15 arcades de pierre soutenues par des piliers carrés. L’aile qui domine la vallée repose sur un immense mur de soutènement visible du jardin. Les quatre pavillons flanquant les extrémités des Communs furent ajoutés vers 1780, soit environ 100 ans plus tard, tout en respectant l’harmonie de style des Communs. Les bâtiments laissés à l’abandon ont perdu leur toiture, vraisemblablement au cours du XIXème siècle. Les charpentes et couvertures de deux des pavillons ont été refaites en 1920.

L’Hémicycle – 1785 – 1789
A-t-il été construit pour un usage défini ? Aucun document ne le précise, mais il semble qu’il n’ait jamais été terminé. On le croirait presque appuyé à la falaise alors que la porte centrale est située 15 mètres en avant.
Cela laisse une grande surface pour d’éventuels aménagements intérieurs, mais lesquels ? Il est curieux que 200 ans aient suffi à faire disparaître toute trace d’information à ce sujet. Contentons-nous de considérer cet Hémicycle comme un décor faisant le trait d’union entre le château et les Communs, avec beaucoup de légèreté, de pureté et un soupçon d’originalité.

Il faut également remarquer que Wailly, qui jusqu’avant la révolution et les premières destructions, présentait 400 mètres de façades (Château, Communs et Hémicycle) avait réussi, malgré une construction étalée sur 150 années, mais grâce à des architectes de talent, à conserver une certaine unité dans cette diversité de style.

Durant la seconde guerre mondiale, le château fut occupé par les allemands. En septembre 1944, le Général Montgoméry a établi son quartier général au château pour au moins une nuit.

Le domaine est aujourd’hui propriété privée.

Visites libres, extérieur et chapelle
de 12h à 18h du 1er juillet au 10 août.

Rue du Petit Rond – 80160 Wailly (hameau de Conty).
03 22 38 16 07

À lire aussi…

Le château de Luzières
La Basse Lombardie
L'église Saint-Vaast