Influenza Aviaire

illu. renforcement des mesures de biosécurité
Cliquez pour accéder au flyer

RELÈVEMENT DU NIVEAU DE RISQUE DE « MODÉRÉ » À « ÉLEVÉ »

Devant la recrudescence de cas d’influenza aviaire hautement pathogène en Europe dans l’avifaune sauvage, en tant que détenteurs de volailles ou autres oiseaux captifs destinés uniquement à une utilisation non commerciale, vous devez mettre en place certaines mesures.

Depuis la confirmation en octobre des premiers cas positifs dans l’avifaune sauvage au virus influenza aviaire hautement pathogène de sous-type H5N8 aux Pays-Bas, le nombre de cas dans la faune sauvage ne cesse de croître en Europe. Des foyers d’IAHP en élevages ont également été confirmés aux Pays-Bas, mais aussi au Royaume-Uni. Tous les cas (en dehors du cas britannique) sont situés en bordure des mers du Nord et baltique, ce qui est cohérent avec un couloir de migration. Face à cette situation, par arrêté ministériel publié au Journal Officiel du 5 novembre 2020, le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a décidé de relever le niveau de risque de « modéré » à « élevé » dans les départements situés dans les deux principaux couloirs migratoires traversant le territoire. En conséquence, l’ensemble du département de la Loire Atlantique est dorénavant classé à un niveau de risque « élevé ».

Les mesures à mettre en œuvre par les détenteurs de volailles ou autres oiseaux captifs destinés uniquement à une utilisation non commerciale.

Cette évolution du niveau de risque induit la claustration ou la mise sous filets des oiseaux, l’interdiction de rassemblements d’oiseaux, d’utilisation des appelants ou de lâcher de gibier à plumes sur l’ensemble du département. Les élevages professionnels peuvent obtenir des dérogations après visite vétérinaire. Ils sont informés par leur groupement ou par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP).

En revanche les élevages non-commerciaux, c’est-à-dire les basses cours détenues par les particuliers, doivent être confinés dans un bâtiment ou protégés par la pose de filets permettant d’empêcher tout contact entre les volailles et les oiseaux sauvages. Afin d’aider les détenteurs dans cette mise en place, un flyer édité par le Ministère chargé de l’agriculture, et toujours d’actualité, reprend l’ensemble de leurs obligations.

La mise en œuvre de ces mesures est essentielle pour éviter l’installation et/ou la propagation de ce virus sur notre territoire et protéger les élevages contre le risque qu’il représente. Ce virus est en effet susceptible d’entraîner de fortes mortalités des volailles d’élevages, avec de lourdes conséquences économiques tant directes qu’indirectes (arrêt des exportations).

Les mesures de biosécurité à appliquer dans les basses cours.

À destination des détenteurs de volailles ou autres oiseaux captifs destiné uniquement à une utilisation personnelle, non commerciale.

  • Exercer une surveillance quotidienne de vos oiseaux.
  • Aucune volaille (palmipède et gallinacés) de la basse cours ne doit entrer en contact direct ou avoir accès à des volailles d’un élevage professionnel.
  • Limiter l’accès de la basse cours (l’endroit ou vous détenez vos oiseaux) aux personnes indispensables à son entretien.
  • Protégez votre stock d’aliment des oiseaux sauvages ainsi que l’accès à l’approvisionnement en aliments et en eau de boisson de vos volailles.
  • Protéger et entreposer la litière neuve à l’abri de l’humidité et de toute contamination, sans contact possible avec des cadavres.
  • Ne jamais utiliser d’eaux de surface : eau de mare, ruisseau, de pluie collectée… pour le nettoyage de votre élevage.
  • Si les fientes et fumiers sont compostés à proximité de la basse cours, ils ne doivent pas être transportés en dehors de l’exploitation avant une période de stockage de 2 mois. Au delà de cette période, l’épandage est possible.
  • Réaliser un nettoyage régulier des bâtiments et du matériel utilisé pour la basse cours.

Recommandations pour l'éleveur

  • Portez des bottes, une blouse dédiée et éventuellement des gants pour soigner vos oiseaux.
  • Lorsque vous quittez votre basse cour, laissez vos équipements (bottes, blouse, gants…) dédiés à l’entrée de cette dernière.
  • Dans tous les cas, lavez régulièrement vos bottes, blouses et gants à l’eau chaude et au détergent ou désinfectez-les. Aucune souillure ne doit persister. Lavez aussi régulièrement le matériel d’élevage (fourches, mangeoires…)
  • Lavez soigneusement vos mains à l’eau chaude et au savon après avoir été en contact avec des oiseaux.
  • Ne pas vous rendre dans d’autres élevages sans précautions particulières.

SI UNE MORTALITÉ ANORMALE EST CONSTATÉE / CONSERVEZ LES CADAVRES EN LES ISOLANTS ET EN LES PROTÉGEANT ET CONTACTEZ VOTRE VÉTÉRINAIRE OU LA DIRECTION DEPARTEMENTALE EN CHARGE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS.

Plus d’informations auprès de la Direction Départementale de la Protection des Populations.

À lire aussi…

Coupe de bois de chauffage
Sécurité - Tous les conseils
Bien vivre ensemble