L’église Saint-Vaast

Texte de l’association des Amis des églises de Conty et Wailly
Photos : Christophe Mancaux

L’église d’origine de Wailly fut détruite par un incendie en 1720.
La Princesse de Croÿ, alors propriétaire du château, finança sa reconstruction en 1752.
Construite tout en pierre de style jésuite, sa façade est d’une grande sobriété et, est surmontée d’un clocher carré.
Construite tout en pierre de style jésuite, sa façade est d’une grande sobriété et, est surmontée d’un clocher carré.

Baigné dans une grande clarté, on distingue dès l’entrée, le maître-autel en forme de tombeau. Il est doté d’un thabor orné de deux petits anges adorateurs.
Le devant d’autel porte un agneau pascal.
Le maître-autel  est surmonté d ‘une immense toile représentant la « Descente de Croix ».

Trônant au cœur de l’église, le lutrin constitue une des plus belles pièces de l’église. Il a fait l’objet d’une restauration fondamentale en 2020.
Sculpté sous le règne de Louis XVI, en bois peint polychrome et doré, il est orné du monogramme des princes de Croÿ d’Havré (HC). Du plus pur style néo-gothique, il aurait été offert en 1783.
La qualité du dessin, celle de la sculpture sur bois, de la peinture en faux marbre et de la dorure, sont dignes d’une commande prestigieuse.
Le lutrin est un objet permettant de poser les livres de chants, à usage des chantres dans les églises. Depuis le moyen âge, il est généralement surmonté d’un aigle, symbolisant ainsi l’envol vers Dieu.
On trouve encore quelques beaux lutrins dans les églises, d’Essertaux et Tilloy-lès-Conty.

D’une grande rareté, une chaire est aménagée dans l’épaisseur d’un des maîtres piliers de la croisée.
Le balcon qui garnit cette logette est en fer forgé et gracieusement recourbé, de même que l’abat-voix.

Deux pierres tombales sont appliquées contre la muraille de la chapelle seigneuriale. Ces sépultures proviennent très certainement de l’église précédente.
Sur une tombe, entièrement gravée au trait, on distingue les portraits en pied d’Antoine d’Halluin, Seigneur d’Esquelbecq et de Wailly (mort le 3 novembre 1608) et de Claude Gouffier, sa femme (morte le 6 aout 1614).
L’autre pierre tombale est attribuée à Maximilien d’Halluin (fils d’Antoine et de Claude), Seigneur de Wailly (mort le 11 janvier 1630) et de Catherine de Gué, son épouse (morte le 28 mai 1623).
Toute l’ornementation de la pierre est absolument effacée. On distingue un portrait portant une vaste coiffure, un corsage et une robe. Un fragment de sépulture n’offre plus que quelques mots sans suite portant la date de 1575.

L’église Saint-Vaast de Wailly abrite un confessionnal  du XVIIIème siècle, une armoire de sacristie du XVIIème siècle, un chasublier dans l’autel latéral, un Christ en croix du XIIIème siècle, une statue de l’évêque Saint-Vaast et une statue de Saint-Joseph tenant une hache.

Pensez à rejoindre l’association de protection de nos églises de Saint-Antoine à Conty et de Saint-Vaast à Wailly

Vous pourrez ainsi contribuer à la conservation de ce trésor patrimonial, mais aussi recevoir des nouvelles des opérations de restauration, être invités aux inaugurations et vous enrichir encore plus de l’histoire de nos églises.

assoeglisescontywailly@outlook.fr
06 07 08 94 84

MERCI

À lire aussi…

Le Château de Wailly
La légende de la truite Antoinette
Devons-nous écrire Conti ou Conty